Rave Radio: Offline (0/0)
Adresse électronique: Mot de passe:
Listes
2008 December:
[ ]Mal de Terre 02
[ ]Mal de Terre 01
[ ]Is like you now you like is
[ ]no se lo que soy (i dont know what am i)
[ ]OOOO Love Lee Port Writs Dazzle Us
[ ]Philosophie 1
[ ]Kraboul
[ ]you think you can break the code.
[ ]Reflejos
[ ]roja luna
[ ]Another one.
[ ]Ruby Tuesday
[ ]Ravers Creed
[ ]Where Are You?
[ ]The Boiler Room
[ ]Speed Ball
[ ]Square
[ ]Rouge
[ ]My New Friend
[ ]Murphy
[ ]Invitation
[ ]Automatic
[ ](Red Death) Blotter Acid
[ ]Father
2008 November:
[ ]Anned
[ ]La perception des autres ...
[ ]Hymn to Lucifer (by Aleister Crowley)
[ ]Moron
[ ]Alice
[ ]Dans l'abstraite incertitude ...
[ ]Is N.E. Thing Wrong?
[ ]All The Four Got ten Words
[ ]Ode to Bass
[ ]Les brouillards de mon âme ...
[ ]Are Oui Won
[ ]You There
[ ]"Abelard to Eloise" by Roger Donway
[ ]A Ramble in St. James' Park by John Wilmot, Second Earl of Rochester
2008 October:
[ ]Mort 0.1
[ ]Liquid Bass
[ ]Les monuments
[ ]Steaks & pinte de lait
[ ]B2
[ ]L'assiette végétarienne
[ ]Vêtu de vertu
[ ]Les corps sans esprits
[ ]Copie sans titre
[ ]L'infinité de l'instant présent ...
[ ]Quand elle parle... (When Music Speaks)
2008 September:
[ ]Entretien avec un chat (Interview With the cat)
[ ]a Haiku (based on a true story)
[ ]Les femmes que j'aime
[ ]L'amitié
[ ]mon premier poem
[ ]L’amour dans le désespoir
[ ]Ma prison
[ ]A Paul, Oh 'Gs D Sigh Pull
[ ]Whay cue up?
[ ]just for a laugh
2008 August:
[ ]DÉPRAVATION !
[ ]mushie poem:o)
[ ]connection
[ ]-Mon rêve de lumière-
[ ]L'oiseau roi.
[ ]La Clé *)
[ ]Bill Kaulitz Fanfiction links.
2008 July:
[ ]You have no poems in our database [...]
[ ]SVP ÉLIMINEZ LE STRESS
[ ]| s | e | v | e | r |
[ ]Profit
[ ]John Cage
[ ]from Lolita
[ ]spent
[ ]BLUEPRINTS
2008 June:
[ ]Wontoness
[ ]Woman's Abuse
[ ]Once again Back the incredible
[ ]NeuroPOnephorine
[ ]Moving away
[ ]Lost in All; choice
[ ]Lost in Age
[ ]Lost in sight
[ ]Damn
[ ]Curse of the skies
[ ]Christmas Lunch (Pot Luck) I guess
[ ]L'intégralité de la spiritualité ...
[ ]Comme présent ...
[ ]Pour donner ...
[ ]Chaînes d'étoiles ...
[ ]L'Âme ...
[ ]Vulnérable
[ ]Mémoire d'une grande soeur
[ ]Voyage en trois temps
[ ]Chevalier de la cause perdue
[ ]Un rave... c'est quoi?
[ ]Un moment d'arrêt
[ ]Lost
[ ]IT IS MY NEW SONG!!!
2008 May:
[ ]Espace mort
[ ]Espace mort ii
[ ]Faire semblant
[ ]Army of one
[ ]Un long chemin
[ ]i am
[ ]love/hate
[ ]kids who are different
[ ]kids who are different
[ ]Thoughts of completion
[ ]Namaste
[ ]Une fleur Givrée
[ ]Parfaite harmonie ...
[ ]À l'unanimité ...
[ ]peut tu pour une femme heureuse
[ ]party machine
2008 April:
[ ]It isn't about violence
[ ]Valentine poem
[ ]How Many Miles
[ ]the best and shortest poem i've ever heard
[ ]Chickon...
[ ]Goodbye studio
[ ]Untitled
[ ]JUSTICE- D.A.N.C.E. (Lady_A rmx [aka sincerement])
[ ]I WANT TO DISAPPEAR
[ ]this isn't a poem it's a link for myself to remember for later
[ ]men is a dog
[ ]Les dernieres Roses Céleste ...
2008 March:
[ ]L'Éclair destiné ...
[ ]GRAND CORPS MALADE ma tete mon coeur
[ ]la spirale
[ ]So You Are See..
[ ]Heirlooms for your heart
[ ]teh since is me imsperation
[ ]I luv u babee
[ ]WITHOUT U
[ ]Iris (Goo Goo Dolls)
[ ]Monopolis
[ ]Il en faut peu
[ ]ça vient de la rue
2008 February:
[ ]Révolte et naissance d'une coloriée...
[ ]Spleen
[ ]Trahison de l'esprit
[ ]Brume
[ ]Waking from a bad dream
[ ]Puissance invisible !
[ ]Le Passeur
[ ]L 3
[ ]This week-end
[ ]Trésor
[ ]Poem Title:
[ ]Mordre à l'hameçon
[ ]Lui, ou moi?
[ ]A mon amour pour la st-valentin
[ ]Mes compliments ...
[ ]elle connait son nom
[ ]spanish flea
[ ]Elemental ...
[ ]Esclave?
[ ]Docteur Jwa
[ ]Hercule?
2008 January:
[ ]Loco Emotive
[ ]Lydianaël<3
[ ]Crise grise!
[ ]The coolest revolution
[ ]Le syst’aime
[ ]Le bal politique
[ ]Éveil
[ ]Janvier sale putain
[ ]Ni rien.
[ ]Words for ravers
[ ]Délire d'une date hystérique
[ ]Psy Trance is what i spin.
[ ]I live for Hardstyle baby!
[ ]Mass
Title:L'oiseau roi.
Posted On:2008-08-04 23:13:22
Posted By:» Olive
Mes très chers amis (es)

Dans mes nuits les plus sombres, un oiseau géant me prend sous son aile, au corps Legé, je deviens céleste… nu.

L’astre de la tranquillité suspendu, rouge de honte par ma faute, mais illumine les nuits et marées.

En plein vol, le détroit de Northumberland indique le chemin à suivre, celle des champs prometteurs et de cales sèches. Des moulins à vent fulminent sur l’île du Prince Edward, les côtes dévastées, bouleversées par ces eaux du grand Nord, j`étais anobli.

Légèrement nous descendons vers les terres, immobiles dans les aires, face au vent, sur les immenses pâturages tourbillonnant sous les ailes de l’oiseau blanc.
J’ai peine à toucher les cimes de blés, fouettées par un courant d’aire aspirant,
Une odeur de pain frais m’en ivre.

Au sud de l’île, de vielles vaches en ballerines affolées, regardant l’homme et son oiseau, digne d’un trapéziste d’un genre nouveau, que soudain…


L’oiseau parla…

D’une voie légère et rassurante presque timide et mélodieuse, le bec… parfaitement immobile, dit :


- Aimes-tu mon pays, genre humain?

- Heu! , Oui…Depuis quand les oiseaux parlent? !!!

- Depuis toujours… Olivier.

- Ah! ..Quand volerai-je?

- Un jour sera ton tour… sois patient.

Il avait une voie si douce, un chant d’un autre âge, peut-être une vielle langue Berbère, s’ajustant parfaitement sur de vielles partitions de Chopin.

Son corps était si chaud, si bon, sa tête inclinée vers la mienne, il sentait bon le savon.
Son cœur battait, comme celui d’un nouveau-né, j’étais appuyé contre son aile… protégé.

Je l’ai serré contre moi avec tendresse, les yeux fermés… ma main caressant son visage chaud, le regardais.

Le paysage dévalait à ne plus finir mais toujours, je le regardais.

L’oiseau, d’une assurance incroyable et d’une grâce devait être forcément un roi. Infatigable, rapide comme le vent, nous volâmes en paix toute la nuit, à travers les beaux paysages qui est le sien, et qui faisant, devenait le mien.

C’est au petit matin, presque endormi, résigné, mon vissage contre sa joue, lui murmurant:


- Je dois partir… mon roi, ne m’en veut pas.


Nous étions tristes, mes mains agrippées sur son plumage, regardant une dernière fois ce doux visage et dit :


- je serais toujours là… pour toi.


D’un déploiement majestueux et lent, me dépose sur la ligne du chemin de fer, celle qui mène vers Cocagne, un immense nuage de poussière se leva sous mes pieds, malgré la rosée du matin.

Mon corps redevenu lourd, trop lourd à porter, toujours nu comme un vers solitaire, étendu immobile.

À l’opposé de la lune, l’oiseau me donna un poème, un dernier regard, puis… s'envole vers le large.

Confus et perdu, la tête toujours vers le ciel, les yeux alourdis, regarde le poème… La poussière tombant sur un visage passif.


Bien des mots remplacent le vide, sans conviction.

Seul l’esprit vagabond, et les sens subsistes.
Être vieux n’est plus nécessaire, personne n’écoute le silence du fantasme solitaire.
Bien des mondes ne caressent les étoiles, encore faut-il du temps…
Mais le temps n’est plus.



l’oiseau blanc


Dans la ville de Cocagne tout est fermé, même pour un café, la petite ville est sous effet… presque endormi.

Personne n’est plus dans la ville… les restes de poussières étoilées, s’attardent sur un jour nouveau.

Mais seul, une étoile tombe ce matin là, lentement dans l’immense océan bleu arc-en-ciel, d’Acadie.


=================================

Assis sur un banc, habillé.
Une poignée de personnes marchant aux corps inflexibles, rapides, les visages marqués comme ceux de Matisse aux yeux impassibles.

J’en devine même qui sourient… Et leurs peaux… blanches, si froides, reflétant cette lumière agressive venant de nul par, presque électrique, courant vers ou? … Je ne sais pas.

Aucun son ne franchi le seuil de mes tympans, j`étais sourd, vidé, presque invisible.

Des pancartes publicitaires, avides de matières grises et de porte-monnaie, m’indiquent que je suis bien dans l’immense centre d’achat de Moncton.

J’étais hors jeux, hors contexte… hors de moi.

Ou sont mes rêves rebelles? …

Je regarde les vitres des magasins sans âmes, toujours cette lumière fatigante.
Sur les murs des tags de temps à proscrire, pour ces malades incurables mais personne ne les vois, ils marchent toujours, peut-être à la recherche du temps.

Je pense prendre le large, enrayer cette pathologie, qu’est le temps.

Je me lève doucement, marchant avec calme et d’un geste sur, sans regarder derrière moi, un peu nerveux, j’augmente la cadence de mes pas vers la sortie, la place était froide et vide, malgré le monde.

Je crois bien que la nature ait su, le dire…la nature, MA nature.

Prendre soin de son temps et non celui des autres, abolir les horloges atomiques, les Rolex et coucous, tempi pour les plages d’horaires.

Et dire aux autres :

- Aujourd’hui, je prends soin de mon rythme, et toi hier ton rythme de temps, il était comment?

- Ho, le mien? , Vraiment à mon rythme, pas pire, bien content merci! »

Je commence à comprendre les poètes et musiciens ce n’est pas de la poésie ou de la musique, qu’ils fonts.

Mais plutôt conscientisent aux autres, le rythme de chacun, notre rythme.

Chacun danse différemment sur une piste de danse…non?

Il y a même, un poème écrit par un fou, qui a eu l’audace de dire que « le temps est relatif à chacun » il le prouve en plus…c’est vrai! .

L’important ce n’est pas d’expliquer un poème en temps voulu… mais plutôt de le sentir à son stade de vie, à son rythme…enfin, je pense!

Je ne joue pas d’instrument ni calé en mathématique ni même poète… non… Seulement une idée en tête…

Un voilier blanc, sur une eau calme, paisible qui avance à son rythme aux grés des vents et marées … Hum!

Avec un rêve inscrit sur la coque : le fantasme solitaire.

Bon.. Il est l’heure… à merde!!.

Bonne nuit…
Et vous aime…

(Clic)


Olivier
Commentaires des membres
Aucun commentaire du membre disponible...