Rave Radio: Offline (0/0)
Email: Password:
Listings
2008 December:
[ ]Mal de Terre 02
[ ]Mal de Terre 01
[ ]Is like you now you like is
[ ]no se lo que soy (i dont know what am i)
[ ]OOOO Love Lee Port Writs Dazzle Us
[ ]Philosophie 1
[ ]Kraboul
[ ]you think you can break the code.
[ ]Reflejos
[ ]roja luna
[ ]Another one.
[ ]Ruby Tuesday
[ ]Ravers Creed
[ ]Where Are You?
[ ]The Boiler Room
[ ]Speed Ball
[ ]Square
[ ]Rouge
[ ]My New Friend
[ ]Murphy
[ ]Invitation
[ ]Automatic
[ ](Red Death) Blotter Acid
[ ]Father
2008 November:
[ ]Anned
[ ]La perception des autres ...
[ ]Hymn to Lucifer (by Aleister Crowley)
[ ]Moron
[ ]Alice
[ ]Dans l'abstraite incertitude ...
[ ]Is N.E. Thing Wrong?
[ ]All The Four Got ten Words
[ ]Ode to Bass
[ ]Les brouillards de mon âme ...
[ ]Are Oui Won
[ ]You There
[ ]"Abelard to Eloise" by Roger Donway
[ ]A Ramble in St. James' Park by John Wilmot, Second Earl of Rochester
2008 October:
[ ]Mort 0.1
[ ]Liquid Bass
[ ]Les monuments
[ ]Steaks & pinte de lait
[ ]B2
[ ]L'assiette végétarienne
[ ]Vêtu de vertu
[ ]Les corps sans esprits
[ ]Copie sans titre
[ ]L'infinité de l'instant présent ...
[ ]Quand elle parle... (When Music Speaks)
2008 September:
[ ]Entretien avec un chat (Interview With the cat)
[ ]a Haiku (based on a true story)
[ ]Les femmes que j'aime
[ ]L'amitié
[ ]mon premier poem
[ ]L’amour dans le désespoir
[ ]Ma prison
[ ]A Paul, Oh 'Gs D Sigh Pull
[ ]Whay cue up?
[ ]just for a laugh
2008 August:
[ ]DÉPRAVATION !
[ ]mushie poem:o)
[ ]connection
[ ]-Mon rêve de lumière-
[ ]L'oiseau roi.
[ ]La Clé *)
[ ]Bill Kaulitz Fanfiction links.
2008 July:
[ ]You have no poems in our database [...]
[ ]SVP ÉLIMINEZ LE STRESS
[ ]| s | e | v | e | r |
[ ]Profit
[ ]John Cage
[ ]from Lolita
[ ]spent
[ ]BLUEPRINTS
2008 June:
[ ]Wontoness
[ ]Woman's Abuse
[ ]Once again Back the incredible
[ ]NeuroPOnephorine
[ ]Moving away
[ ]Lost in All; choice
[ ]Lost in Age
[ ]Lost in sight
[ ]Damn
[ ]Curse of the skies
[ ]Christmas Lunch (Pot Luck) I guess
[ ]L'intégralité de la spiritualité ...
[ ]Comme présent ...
[ ]Pour donner ...
[ ]Chaînes d'étoiles ...
[ ]L'Âme ...
[ ]Vulnérable
[ ]Mémoire d'une grande soeur
[ ]Voyage en trois temps
[ ]Chevalier de la cause perdue
[ ]Un rave... c'est quoi?
[ ]Un moment d'arrêt
[ ]Lost
[ ]IT IS MY NEW SONG!!!
2008 May:
[ ]Espace mort
[ ]Espace mort ii
[ ]Faire semblant
[ ]Army of one
[ ]Un long chemin
[ ]i am
[ ]love/hate
[ ]kids who are different
[ ]kids who are different
[ ]Thoughts of completion
[ ]Namaste
[ ]Une fleur Givrée
[ ]Parfaite harmonie ...
[ ]À l'unanimité ...
[ ]peut tu pour une femme heureuse
[ ]party machine
2008 April:
[ ]It isn't about violence
[ ]Valentine poem
[ ]How Many Miles
[ ]the best and shortest poem i've ever heard
[ ]Chickon...
[ ]Goodbye studio
[ ]Untitled
[ ]JUSTICE- D.A.N.C.E. (Lady_A rmx [aka sincerement])
[ ]I WANT TO DISAPPEAR
[ ]this isn't a poem it's a link for myself to remember for later
[ ]men is a dog
[ ]Les dernieres Roses Céleste ...
2008 March:
[ ]L'Éclair destiné ...
[ ]GRAND CORPS MALADE ma tete mon coeur
[ ]la spirale
[ ]So You Are See..
[ ]Heirlooms for your heart
[ ]teh since is me imsperation
[ ]I luv u babee
[ ]WITHOUT U
[ ]Iris (Goo Goo Dolls)
[ ]Monopolis
[ ]Il en faut peu
[ ]ça vient de la rue
2008 February:
[ ]Révolte et naissance d'une coloriée...
[ ]Spleen
[ ]Trahison de l'esprit
[ ]Brume
[ ]Waking from a bad dream
[ ]Puissance invisible !
[ ]Le Passeur
[ ]L 3
[ ]This week-end
[ ]Trésor
[ ]Poem Title:
[ ]Mordre à l'hameçon
[ ]Lui, ou moi?
[ ]A mon amour pour la st-valentin
[ ]Mes compliments ...
[ ]elle connait son nom
[ ]spanish flea
[ ]Elemental ...
[ ]Esclave?
[ ]Docteur Jwa
[ ]Hercule?
2008 January:
[ ]Loco Emotive
[ ]Lydianaël<3
[ ]Crise grise!
[ ]The coolest revolution
[ ]Le syst’aime
[ ]Le bal politique
[ ]Éveil
[ ]Janvier sale putain
[ ]Ni rien.
[ ]Words for ravers
[ ]Délire d'une date hystérique
[ ]Psy Trance is what i spin.
[ ]I live for Hardstyle baby!
[ ]Mass
Title:Mémoire d'une grande soeur
Posted On:2008-06-13 18:23:42
Posted By:» Vee-Vee

.. mémoire d'une grande soeur
Mars 2004

Au petit frère que je n'ai plus.

En moi bouillonne le reflux d’une réalité sordide, mais imprimée entre les pages du récit même de mon insignifiante existence. Rien ne saura offrir justice à l’océan inondé par le flot de larmes hargneuses tant versées devant la vision perverse de ma propre chair disparue dans le brouillard infernal d’une société insensible aux pleurs des enfants. Pourtant, l’outrance fatale n’aura raison de moi que par l'étincelle rageuse encrée en mon être comme les étoiles dans l’infini du firmament bleuté et je jure par les foudres de ma colère que les coupables périront par ma main…

L’inspiration me vint par un sordide matin d’hiver où blasée par la routine qu’impose la saison, je naviguais distraitement sur rave.ca à la recherche d’un divertissement à la hauteur du temps qui pesait contre moi. C’est alors que mon regard se posa sur la photo d’une enfant que je connaissais bien, mais que la distance qui séparait malencontreusement Montréal et Québec avait un peu effacée de ma mémoire. Le sourire dentifrice dessiné sur son visage avait attiré les commentaires flatteurs des garçons et ses yeux bouffis par la fatigue avaient disparu sous les brillants d’un fard à paupières bon marché. Je fixai quelque temps encore, les traits durcis de la bambine, cherchant en vain son enfance effacée sous les entailles des combats sanguinaires. Il ne restait rien, les rêves arrachés n’étaient plus et silencieusement, elle avait renoncé à la guerre et fermée derrière elle la porte de son enfance sans histoire.

Si le temps avait eu raison de ma naïveté insouciante et incrédule devant la méchanceté des hommes, mon cœur refusait encore la haine et la rancune soufflée par le vent des ardeurs que je gaspillais à vouloir déplacer des montagnes. Hantée par la carcasse livide et glacée d’un petit garçon qui jadis incarnait l’amour tendre, je jurai sur mon honneur de venger l’enfance qu’on lui avait dérobée sans que je n’intervienne, aveuglée par les mensonges entremêlés aux brefs moments de lueur qui émanaient du spectacle dont personne n'avait voulu m'expliquer la mise en scène.

Immuables sont les actions conjuguées au passé et s’y morfondre se résume à offrir au néant les élans du présent qui agonisent jusqu'au coucher d'un soleil indifférent au chant mélancolique qui accompagne sa lumière insolente.

Ainsi ais-je essuyée les défaites juchées sur mes paupières du revers de ma manche et décidée d’offrir aux plus faibles les outils forgés par l’héritage de ma conscience salvatrice. Au nom de nos précurseurs qui ont vu leurs jours s’éteindre avant que ne deviennent fleur les bourgeons de leur acharnement et qui ont permis par leur sacrifice et leur courage, l’espoir d’offrir aux enfants de demain, la réalisation d’un monde meilleur.

Un jour nous vaincrons.

Pour toi, ma Mathémarie. <3

Member Comments
» Aska said @ Wed Jul 9, 2008 @ 7:39pm
Tu sais que je pleure à chaque fois? Je sais pas si c'est le clavier, l'écran ou le froid de ma chambre mais j'ai tellement l'impression que mes mots n'aurons pas l'impact voulu. Vé, tu es sans hésitation la personne pour qui j'ai le plus de respect. Tu es mon ange et juste de penser que la vie m'a fait le cadeau de te placer sur ma route, je me sens comme la personne la plus chanceuse de la terre. Je dis souvent que plus tard je veux être comme toi, et parfois tu banalises ces mots comme si c'était qu'un petit mot gentil et je t'en blâme pas parce que je suis bien consciente de tout ce que ça implique. Je t'aime, je t'aime et je t'aime. Tu es un ange, tout simplement.