Rave Radio: Offline (0/0)
Email: Password:
Listings
Title:L'amour moderne
Posted On:2010-11-23 16:43:40
Posted By:» cass
Views:9431
Bienvenue à l’époque de la dégustation, des demi-mesures, de la consommation rapide. Ici, on ne tombe pas en amour, on tombe en séduction, on n’est pas en peine d’amour, on est en peine d’orgueil. La chasse est constamment ouverte et il n’y a pas de quotas (voir abonnement au CLSC). Les tentations sont nombreuses, la compétition est féroce, la désillusion est croissante. C’est la période dorée de la génération Y, le buffet ouvert, l’hédonisme qui crache sur ces siècles de valeurs traditionnelles.





Je suis de cette génération dite Y, j’ai peur de l’engagement. Tout ce qui a le potentiel de porter atteinte à ma liberté et à mon potentiel d’épanouissement, j’essaie inconsciemment de l’éviter. Je tombe en amour avec réserves. Je vis mes relations avec réserves, et j’ai toujours au moins deux ou trois futurs en tête, question de ne pas être déçu si le futur A ne fonctionne pas. Je ne fais plus de deuils, je prévois. J’ai vécu l’ascension de la pornographie sur le Web, l’hypersexualisation massive et la salopisation d’une génération complète. J’ai vécu la musique pop, Occupation Double, Disney et Jersey Shore. Mon modèle de couple est clairement basé sur quelque chose de solide…



La romance est décédée sans qu’on s’en préoccupe. L’amour n’est plus à la mode. On voit les gens en couple comme des prisonniers, des gens qui ne peuvent pas profiter du grand buffet, des gens qui doivent se restreindre à un plat seulement, et ce, malgré l’infinité de choix.

Et tout le monde est beau, tout le monde brille. Le gym, les salons de bronzages et les vêtements à la mode (non) ont donné une chance à presque n’importe qui avec un minimum de vouloir. Accumulation de clichés, baisse de saveur générale chez les gens, intérêts de plus en plus orientés vers la superficie, l’éloge de l’image, c’est la victoire du contenant.



Ce n’est pas surprenant que l’amour de club soit le sujet le plus récurrent de la création musicale depuis quelques années.



On préfère collectionner les relations superficielles, les consommer rapidement, comme manger le dessert avant l’entrée et essayer d’expliquer qu’on a plus vraiment faim. On ne veut plus s’impliquer, on veut vivre pleinement et passer à autres choses, on veut des débuts de relation en boucle, de la passion, du sexe dans les messages textes (Les messages textes donnent la chance à n’importe quel perdant de se faire valoir, tout le monde sait que les vrais hommes ne flirtent pas en envoyant des messages textes). On est blasé, on a plus les papillons des histoires d’amour de la cours de récré, nous avons la rage de baiser, de conquérir. La relation d’entre-baises n’est que du remplissage (voir écoute de films poches), de la montée de tension, du tease.



Et le sexe, de plus en plus violent, de plus en plus mécanique, de plus en plus probatoire. C’est maintenant l’illustration du succès, du potentiel de séduction, c’est un acte social, une médaille. On baise pour en parler, on parle pour baiser.

L’aventure ou la stabilité, les frissons ou les prévisions, dilemme éternel des enfants procréés après 1985.

Et pour les nombreuses personnes qui vont crier à la généralisation, je parle de tendances lourdes. Je sais que vous avez un couple d’amis qui vit le grand amour, qui pratique le vélo tandem et qui magasine des kit assortis pour le tennis.
Member Comments
» fengshui-engine said @ Sun Feb 13, 2011 @ 2:06pm
merci pour ce moment de lucidité.
» MunchieBunny said @ Mon Dec 13, 2010 @ 9:49pm
J'aime bien, a la fois moi jme sent parfois comme quelqu'un qui est né a la mauvaise époque. Meme que parfois je me sent coupable de ma facon d'aimer, c'est weird huh?!?